Test : l’impact de l’arborescence sur l’indexation

Ecrit par Yvan

Sujet : Référencement Naturel

Il y a peu, je disais dans mon dernier article « Google est notre dieu et Matt Cutts est son prophète » qu’il ne fallait pas croire mais qu’il fallait penser. Je sous-entendais par là qu’il fallait se forger sa propre expérience et ne pas se contenter de croire ce qui peut se dire dans l’univers du référencement.

Évidemment, il n’est pas toujours facile de faire des tests. Mais cette fois-ci je me suis décidé à mener un véritable test à partir d’un de mes sites personnels.

L’objectif : voir si l’arborescence d’un site, à travers la structuration de ses URL, a un véritable impact sur l’indexation.

arborescence-indexation

Le site

Je ne donnerai évidemment pas l’URL du site test avant la fin de l’expérience pour éviter, tant que possible, toute intervention extérieure. Cela étant, le site présente les caractéristiques suivantes :

  • Site avec du contenu textuel riche et original
  • Balises title optimisées
  • Meta descriptions renseignées manuellement et uniques
  • Meta keywords non renseignées sauf sur la page d’accueil
  • Images optimisées avec attributs alt et title
  • Menu textuel, donc suivi par les moteurs de recherche
  • Pas de fil d’ariane
  • Moins de 100 liens par page
  • Linking interne relativement dense mais optimisable

Détail de l’objectif

La question que je me pose est la suivante : est-ce que des URL reflétant précisément l’arborescence d’un site ont un impact bénéfique sur l’indexation d’un site par les moteurs de recherche ? Pour donner un exemple, est-ce que des URL de type www.url.com/catégorie/page permettent, à une échelle plus ou moins importante, une meilleure indexation que www.url.com/page.

En effet, il est possible que le fait de refléter l’arborescence d’un site dans les URL permette une meilleure diffusion du « jus » et donc une meilleure indexation. Pour ma part, je n’en ai pas la preuve. Donc je teste. Et ça tombe bien puisque j’ai, sous la main, un site qui n’avait que des pages de premier niveau, d’après la structuration des URL . J’ai donc mis en place, hier, une structuration des URL plus « claire » en relevant différents critères d’analyse avant de tout changer.

Les critères analysés

Pour que la conclusion de cette petite expérience soit la plus précise possible, j’ai donc relevé plusieurs critères d’analyse. Ces critères sont :

  • Le nombre de pages indexées par Google
  • Le nombre de pages présentes dans l’index principal de Google
  • Le nombre de pages présentes dans l’index de Yahoo
  • Le nombre de pages présentes dans l’index de Bing
  • Le PR de chacune des pages du site
  • La valeur « Page Authority » (indice de SEOmoz) de chacune des pages du site
  • La valeur « Domain Authority » (indice de SEOmoz)
  • Le nombre de mots-clés générant du trafic par mois sur les 4 derniers mois
  • Les positions du site sur les 20 mots-clés ayant généré le plus de trafic sur les 6 derniers mois

J’ai choisi ces facteurs car ce sont, à mes yeux, les facteurs qui me permettront le plus précisément de voir une différence dans l’indexation ou non.

Procédure du test

La procédure que j’ai décidé de suivre est assez simple. Tout d’abord, je modifie toutes mes URL pour faire apparaitre la catégorie ou la page parente. Puis, je mets en place des redirections 301, je mets à jour le plan de site et je soumets un sitemap au format XML pour faciliter l’indexation.

Je me limite volontairement à ces quelques moyens pour voir si effectivement le reflet seul de l’arborescence dans les URL a, oui ou non, un impact.

Quelle crédit porter aux conclusions ?

Il est évident que la conclusion de ce test ne sera qu’une piste, comme dans le cas de beaucoup de tests. Prenez l’exemple des tests du laboratoire de référencement d’OSEOX, et vous verrez qu’il précise bien que les résultats ne sont que des constatations. Au final, chacun peut en tirer sa propre conclusion. Pas facile le métier de référenceur…hein ? Pour ma part, je donnerai mes conclusions qui ne reflèteront pourtant que mon avis.

De mon côté, la structuration des URL me facilitera la maintenance et les futures évolutions du site, donc j’en tirerai un bénéfice quoi qu’il arrive. Et pour ceux qui se demandent pourquoi je n’ai pas structuré mes URL dès le début…appelez ça une erreur de jeunesse, un manque d’expérience, un manque de temps ou une méconnaissance du CMS…enfin bref, personne n’est parfait.

Rendez-vous donc dans un mois pour, je l’espère, les premiers résultats de cette petite expérience maison.

5 Commentaires Pour ce Post Je voudrais connaÎtre le votre !

  1. Jérémy Broutin dit :

    Affaire à suivre donc :D ! Merci pour ce test et maintenant patience…

  2. Campagne dit :

    Merci pour ce test, il me semble pertinent, ainsi que les critères. Ceci dit j’ai l’impression que le tbpr n’a pas été mis à jour en juillet.

  3. Eko dit :

    Qu’est ce que le tbpr ?

  4. Yvan dit :

    Tool Bar PR je suppose ? Tu me rappelles dans quoi tu bosses EKO ? :)

  5. David dit :

    Agréable de voir quelqu’un de prendre le temps de tester une hypothèse que la plupart des gens croient tout simplement parce que Matt cutts dit que c’est. Résultats intéressants.

1 Trackbacks For This Post

  1. Tweets that mention Arborescence et indexation - Référencement Naturel | E-humeurs -- Topsy.com dit :

    […] This post was mentioned on Twitter by Khadija Bouhaouala, Ehumeurs. Ehumeurs said: Nouveau post : Test : l’impact de l’#arborescence sur l’#indexation http://goo.gl/fb/1Mt71 #référencementnaturel […]

<