La disparition annoncée de Facebook

Ecrit par Yvan

Sujet : Facebook

Je suis tombé récemment sur un article annonçant que Facebook allait disparaitre plus rapidement que prévu. Cet article, daté du 12 avril dernier, me rappelle une conférence de fin 2010 durant laquelle Jeffrey Cole, universitaire de Caroline du Sud, annonçait la mort de Facebook dans 5 ans maximum.

Pourtant, ces derniers semblent mettre de côté quelques paramètres importants de l’histoire et l’évolution de Facebook…

disparition-facebook

Facebook est-il comparable aux autres ?

Dans les propos de nos deux « Nostradamus » du web, des comparaisons un peu douteuses me dérangent. Notamment les comparaisons entre Facebook et Myspace ou encore les Skyblogs qui ont presque les deux pieds dans la tombe. Mais il ne faut pas oublier une chose, ces derniers se sont enfermés sur eux-mêmes et n’ont pas élaboré de réelle stratégie marketing.

Là où Facebook devient un mass-media et se place à la croisé des différentes pratiques sur le web, Myspace s’est focalisé sur le monde des « artistes » plus ou moins talentueux. Les Skyblogs, quant à eux, se sont fait envahir par une masse de jeunes adolescents, plus ou moins alphabétisés. Du coup, la plate-forme de blog de Skyrock a continué de vivre sur cette population qui finit par se lasser et qui, surtout, lasse rapidement les quelques lecteurs décérébrés (je ne suis pas d’humeur à arrondir les angles aujourd’hui).

Mais nos deux devins pensent que le côté « trendy » des pratiques du web va jouer en la défaveur de Facebook.

Facebook est-il destiné à devenir « has been » ?

Il ne faut pas se voiler la face, rien n’est éternel…sauf les diamants. L’auteur du blog « A nos vies numériques » explique donc que Facebook disparaitra car les enfants qui ont aujourd’hui entre 10 et 12 ans ne voudront pas s’afficher sur le même réseau que leurs aînés. Mais est-ce réellement le cas ? Pas si sûr.

Certes, il y a fort à parier que l’utilisation de Facebook ne sera pas tout à fait la même. Certains continueront à refuser de s’afficher sur Facebook parce que ce n’est pas à la mode ou trop intrusif, mais qu’en est-il de la masse…? Cette masse de jeunes adolescents va-t-elle vraiment passer à côté de ce « carrefour du web » sur lequel on partage tout et n’importe quoi ? Ces gamins ne vont-ils pas justement pousser plus loin l’utilisation de Facebook ? Il est très probable que ce soit le cas, car ils auront toujours connu Facebook et qu’ils ne présenteront pas les mêmes réticences que leurs aînés.

Après tout, Facebook n’en est peut-être qu’au début de son histoire ?

Le marketing à la rescousse de Facebook

Comme je l’ai rapidement évoqué au début de cet article, ce qui sépare les « anciens réseaux sociaux » de Facebook c’est la stratégie marketing. Le réseau de Zuckerberg ne se contente plus de mettre à disposition une plate-forme pour communiquer avec ses amis et disposer de son quart d’heure de gloire, mais bien un réseau faisant le lien entre toutes les activités du web (dernier exemple en date, l’utilisation du profil Facebook sur Amazon).

De plus, on voit bien que les nouvelles plates-formes s’appuient sur le succès de Facebook en proposant de s’inscrire simplement via son profil existant, comme Quora par exemple. Et que dire de toutes ces marques qui se servent, plus ou moins bien, de Facebook pour communiquer ? N’engendrent-elles pas elles-mêmes un engouement auprès de leurs consommateurs qui veulent profiter des dernières informations ?

Mon avis sur ces predictions

Oui, je parle bien ici de prédictions car je considère qu’elles ne se basent sur rien de concret. Je ne suis en mesure ni d’annoncer la disparition de Facebook ni sa longue vie sur le web. Tout ce que je sais c’est que ce réseau n’est pas comparable à ce qui a été fait avant et qu’il est impossible, objectivement, de garantir ou non sa pérennité. Et pourtant, je ne suis pas un partisan de Facebook et des pratiques qu’il engendre. Le jour de sa mort, qui arrivera tôt ou tard, je sabrerai volontiers le champagne.

En attendant, en tant que professionnel du webmarketing, je ne peux pas passer à côté de Facebook. Je pense réellement que, bien utilisé, c’est un levier de fidélisation et de conversion très puissant. Et je ne me mouille évidement pas trop en disant cela.

Arrêtons donc de tenter de lire l’avenir dans les entrailles de poisson et le marc de café. Pour ma part, je préfère simplement laisser faire l’Histoire et partir du principe que rien n’est immuable. Oui je sais, c’est beau ce que je dis, j’en ai moi-même les larmes aux yeux.

Et vous, que pensez-vous de ces prédictions sur la disparition de Facebook ?

15 Commentaires Pour ce Post Je voudrais connaÎtre le votre !

  1. Loiseau2nuit, Référencement et compagnie dit :

    Globalement d’accord avec ton point de vue. D’ailleurs cela se constate déjà aujourd’hui : nos cadets utilisent de base un facebook avancé, avec des possibilités natives (enfin pour eux) que nous on n’a même pas vu venir ou dont on n’a même pas pris conscience tant nos usages restent un peu figés.

    Je suis venu très tardivement à Facebook (mon compte à moins de 2 ans et avant il était hors de question que je m’y mette) mais déjà je vois un décalage entre ce que j’en fais aujourd’hui et ce que des gens de ma génération (j’ai 30 balais, hein, je suis pas un papy non plus ;) ) présent sur le réseaux depuis beaucoup plus longtemps que moi (un pote par exemple qui m’avait présenté la chose en 2004, après un stage aux Etats Unis, à cette époque, FB n’était même pas encore sortis du cadre de Harvard, ou à peine !) peuvent en faire de leur côté.

    Ceci dit, le jour où tu sabres le champagne, j’ai une lame Tolède dans un coin qui brûle de servir :P

  2. mathieu dit :

    Je ne crois absolument pas à la disparition de Facebook !
    Facebook est une marque et pas seulement un outil et même un mode de vie pour certaine personne. Comme toutes marques elle est amenée à évoluer. Prenons un exemple les personnes qui ont 60 ans et plus qui ont acheté l’Apple II sont elles ringardent d’avoir été les premiers clients quand on voit la notoriété d’apple de nos jour et l’intérêt que porte les jeunes à cette marque ?

  3. Dominic Desbiens dit :

    Très bon article. Je suis également d’accord avec le point de vue final et la « prédiction ». Je ne crois pas que Facebook mourra dans les prochaines années. Il devenu un incontournable pour la famille, mais aussi pour les professionnels, les entreprises, etc. On y voit des opportunités marketing en or et à voir le réseau se développer et se diriger lentement vers des secteurs diversifiés (je prends par exemple l’annonce aujourd’hui de Facebook Deals, concurrent de Groupon, ou encore l’offre de vidéo sur demande apparue au cours des dernières semaines), je ne crois pas que l’on sabrera le champagne de si tôt.

    J’aime beaucoup Facebook. Je n’utilise pourtant pas mille applications et jeux. Je l’utilise même autant pour le personnel que le professionnel. La combinaison des deux est possible, suffit de bien paramétrer son compte, avoir de bonnes pratiques, de ne pas dire n’importe quoi sur le mur (comme on ne le ferait pas dans un lieu public où sont réunis des amis, membres de la famille et connaissances professionnelles). D’ailleurs, tout outil sur internet n’est pas complètement néfaste s’il est utilisé intelligemment!

  4. EWE dit :

    Je me faisais la réflexion que lorsque j’ai commencé à fréquenter le net et les forums, tous les profils qui dépassaient la trentaine sur la toile faisaient office de curiosité locale. Aujourd’hui le net est plus bigarré, plus mature. Myspace et SkyBlog ont eu leur heure de gloire lorsque le net était encore adolescent. Ils ont grandi et chuté avec leurs utilisateurs. La moyenne d’âge de Facebook frôle la quarantaine si je ne m’abuse, et comme tu le dis Facebook prend grand soin a évoluer avec eux. D’ici le tombeau on a encore le temps de voir venir…

  5. Loiseau2nuit, Référencement et compagnie dit :

    @Dominic Desbiens

    Je l’utilise même autant pour le personnel que le professionnel. La combinaison des deux est possible, suffit de bien paramétrer son compte, avoir de bonnes pratiques, de ne pas dire n’importe quoi sur le mur

    Là par contre, je ne suis pas tout à fait d’accord ! J’utilise également Facebook dans les deux sphères mais entre les bugs d’interface, de filtrages, et les limitations volontaires, il devient extrêmement difficile de poser une frontière précise entre les 2 sphères et surtout il est impossible que cette frontière soit fiable !

    Sans pour autant dire n’importe quoi sur mon mur, j’aime tout de même bien être sûr que lorsque je met un filtrage en place, excluant certains types de contacts, ces filtrages soient effectivement mis en place ce qui déconne 4 fois sur 5 en ce moment (c’est à se demander d’ailleurs si ca n’est pas fait exprès, vu ce que Zuckerberg considère de la vie privée de ses utilisateurs)

    Par ailleurs, même quand tu utilises intelligemment le service et que tu fais gaffe à ce que tu y dis/fait, tu n’es pas à l’abri d’une balle perdue provenant d’un autre de tes contacts (genre l’ami qui te veut du bien en te taguant dans une photo un peu bizarre, ce qui en soit peut ne pas poser problème sauf quand tu découvres que le profil de l’ami en question n’a aucune option de confidentialité activée, ce qui est le cas par défaut de tous nouveaux profils créés et ce, jusqu’à ce que leur titulaires, dont 9 sur 10 ne connaissent pas ces options, ne paramètre le contraire !

    Donc non, techniquement, tant que ces limitations là n’auront pas été corrigées, je vois très difficilement une frontière étanche possible entre les 2 sphères.

    Le seul moyen relativement efficace que j’ai trouvé jusqu’ici, ce sont les fan pages + faire le videur à l’entrée de ton profil perso. Et encore, ca ne règle pas pour autant le cas du malandrin précédemment évoqué…

  6. Dominic Desbiens dit :

    @Loiseau2nuit : très bons points apportés. Tout ce que vous dites est vrai. Mais je continue tout de même à croire que les cohabitation du perso VS pro est possible.

    Maintenant, tout dépend bien sûr de notre domaine professionnel. Je suis une personne plutôt publique. Je rédige dans les médias depuis 2003 et on me connaît bien sur Twitter. J’ai offert des services informatiques à domicile comme travailleur autonome durant 6 années. Je suis également vulgarisateur et j’apporte souvent mon aide soit par mon compte personnel/professionnel ou ma page Facebook. Je publie d’ailleurs autant d’informations sur l’un ou l’autre, ma page facebook étant plus technologique (des sujets postés sur mon babillard personnel qui ne cadreraient pas dans le domaine).

    Ainsi, ce que je publie généralement peut aussi bien s’adresser à mes anciens clients et les amis, qu’à mes contacts professionnels dans le domaine des TI, journalistes et autres. Il est d’ailleurs plutôt rare que je filtre mes publications que j’affiche la plupart du temps pour tout le monde. Ceci dit, je suis extrêmement prudent. Que ce soit du côté personne ou professionnel, je propose toujours des publications qui apportent une valeur ajoutée, avec des liens et autres.

    Évidemment, je suis un Pro Twitter pour l’échange d’information. La vie privée n’y est pas étalée (enfin, tant qu’on ne l’utilise pas comme un tchat pour rencontrer l’âme soeur!), les messages sont courts et directs et je suis la preuve vivante que ce réseau peut attirer des contacts professionnels importants et amener des opportunités en or.

    Que pensez-vous de LinkedIn? Curieusement, même pour le niveau professionnel, j’utilise plus Facebook que celui-ci.

    Pour ceux et celles qui seraient intéressés :

    Mon Twitter : https://twitter.com/
    Page Facebook : http://www.facebook.com/BlogueDominicDesbiens

  7. fishhareng dit :

    Je plancherai plutôt pour la transformation de facebook.
    ais, bien qu’étant un fervent non utilisateur de facebook, je pense en effet que fecebook est amené à se transformer en moteur de recherche, car je crois que, un jour ou l’autre, facebook aura tellement de réclamations judiciaires qu’il ne pourra plus y faire face.

    En tout cas, je doit admettre que ce qu’à fait Zuckerberg est énorme, il a révolutionner le web !

  8. fred dit :

    Perso, je suis assez d’accord avec fishhareng. Je ne crois pas que facebook comme tel continuera d’exister (pourquoi caramail a-t-il disparu sinon?), mais qu’il va devoir se renouveler pour séduire un public toujours à la recherche de neuf.

  9. Flexo dit :

    On nous annonce régulièrement la fin de plein de trucs (le monde, le capitalisme, le web, le mail etc etc etc). Rien n’est éternel, mais un panier de millions (milliards) d’utilisateurs est une sérieuse assurance vie, et permet de mettre en oeuvre les évolutions pour survivre.

  10. tactiphone dit :

    La grande, la très grande force de Facebook c’est de se renouveler perpétuellement. Je crois pas que FB mourra un jour du désintérêt des internautes. Le seul danger qui le guette, selon moi, réside dans la manière dont FB va monétiser le site. Là, il se peut qu’il commette plusieurs erreurs. Toutefois, il y a tellement qui ont investit sur FB qu’ils auront quoiqu’il arrive toujours un grand nombre de défenseurs.

  11. visibilite sur le net dit :

    Oui mais reste à savoir aussi à quel point les gens se retrouverons dépendant de tout ça d’ici à 5 ans et comment lâcher ce genre de réseau quand on y est devenu accro.

  12. Paul Poulet dit :

    Bon article. Cependant, Google+ et ses moyens financiers et marketing colossaux, annonce, à mon sens, le décès à brève échéance de Facebook. Contrairement à ce que j’ai pu lire dans les commentaires, je n’ai pas le sentiment que Facebook parvienne à se renouveler… Au contraire… Il est toujours aussi complexe, dans l’usage, de scinder vie privée / vie professionnelle. Google répond parfaitement à cette attente légitime…
    Il s’agit sans doute de l’une des raisons pour laquelle le géant compte plus de 20 millions de membres bien que Google+ soit toujours en version « bêta ».

    Personnellement, je lutte contre les « big brothers » quels qu’ils soient : Microsoft, Google, Facebook et consorts m’agacent dans leur collecte sans limite de nos informations privées.

    Je soutiens d’aurtes types de réseaux sociaux, en particulier le beau projet open source Diaspora : https://diasp.org/

  13. mohamed ndao tyson dit :

    La disparition de Facebook dependrai de l’avancée de Googleplus. Ce qui n’est pas encore évident. car on constate qu’il n’y a pas de valeur ajoutée sur le projet G+ . reste à voir la suite.

  14. netlinking dit :

    Je pense que googleplus a bien débuté. Mais il reste juste à voire l’avancé si beaucoup d’internaute s’y adhére. Pour l’instant, y’a pas trop de foule, donc facile à gérer.

  15. makemytrip flight dit :

    Je me faisais la réflexion que lorsque j’ai commencé à fréquenter le net et les forums, tous les profils qui dépassaient la trentaine sur la toile faisaient office de curiosité locale. Aujourd’hui le net est plus bigarré, plus mature. Myspace et SkyBlog ont eu leur heure de gloire lorsque le net était encore adolescent. Ils ont grandi et chuté avec leurs utilisateurs. La moyenne d’âge de Facebook frôle la quarantaine si je ne m’abuse, et comme tu le dis Facebook prend grand soin a évoluer avec eux.

1 Trackbacks For This Post

  1. La disparition annoncée de Facebook | traffic-internet.net dit :

    […] Lire la suite sur Ehumeurs : La disparition annoncée de Facebook […]

<